Accueil‎ > ‎

Littérature & Cinéma

Livres

Le loup bleu, Yasushi Inoué

Gengis-khan (1167-1227) - le "conquérant du monde", selon ses chroniqueurs - avait formé un empire démesuré allant de Pékin à la Volga. Yasushi Inoue raconte l'épopée de ces fils du "loup bleu et de la biche fauve", les chevauchées triomphantes, les butins fabuleux et les carnages qui entraînèrent les hordes mongoles en terre d'Islam et, au-delà de la Grande Muraille, dans la mythique Chine. Mais, de bataille en bataille, c'est à la découverte d'un homme énigmatique que nous convie l'écrivain : à partir des chroniques de l'Histoire secrète des Mongols, il reconstitue peu à peu le mystère de la vie de celui qui n'eut de cesse de devenir le légendaire "Loup bleu". 

Sous les yourtes de Mongolie, Marc Alaux :

Le plateau mongol s’étend depuis la taïga sibérienne jusqu’aux marches de la Chine. Paysage pur, horizon lointain : la Terre des herbes semble intemporelle. Pourtant, sept décennies de communisme puis l’irruption du capitalisme ont transformé la vie des descendants de Gengis Khan. Marc Alaux a accompli quatre voyages à pied en Mongolie, où il a passé un an et demi et parcouru 6 000 kilomètres. Il a traversé les prairies centrales et orientales du pays, mais aussi ses déserts méridionaux et ses confins montagneux et boisés. Désireux de partager le mode de vie des Fils de la steppe, il s’est initié à la langue mongole, a lié des amitiés, vécu sous la yourte des éleveurs nomades et pris part aux tâches pastorales, aux fêtes et aux migrations saisonnières. Il a aussi séjourné à Oulan-Bator, la capitale, et dans les villages isolés, afin de saisir toutes les nuances d’une société au riche patrimoine spirituel. Marcheur intrépide amoureux du pays du Ciel bleu, il livre sur sa quête de « l’âme mongole » un récit d’aventure qui est aussi un essai d’ethnologie. Contient une carte et 120 photos couleurs.

Né en 1976, Marc Alaux a été archéologue avant d’emprunter la voie de l’édition. Membre du conseil d’administration de l’association Anda, dont l’objectif est d’informer sur la culture mongole, il assiste entre chacun de ses voyages aux symposiums d’anthropologie et aux autres événements en rapport avec la Mongolie. Pas un mois ne passe sans que la bibliothèque de ce Montrougien, qui consacre tout son temps libre à l’étude de la Mongolie, ne s’enrichisse d’articles nouveaux, de rapports, d’actes de colloques ou de récits…

Ayalal, une année en Mongolie, Linda Gardelle

Linda Gardelle avait tout juste son bac en poche lorsqu'elle est partie, seule, passer un an en Mongolie. Une année complète, pour s'immerger à la fois dans le mode de vie, la culture du pays, et expérimenter la variété des climats... Son récit, réaliste, ne dissimule rien de ce qu'elle découvre. Linda atterrit à Moscou, prend le Transsibérien jusqu'à Oulan-Bator, et rejoint la chambre qu'elle sous-loue. Elle nous raconte son impatience, ses envies et ses exigences : l'hospitalité des gens qu'elle rencontre, sa joie simple face à l'immensité de la steppe, la sensation de liberté lors de chevauchées dans le Khentii - terre natale de Gengis Khan -, le plaisir de partager la vie quotidienne des nomades sous la yourte, les amitiés naissantes, et aussi les frayeurs, les déceptions et la désolation face aux plus mauvais aspects d'une modernisation qui n'épargne pas la Mongolie. L'écriture franche et sensible sert à merveille le propos de l'auteur : donner à vivre de l'intérieur une Mongolie certes rêvée mais surtout vécue, dans un pays et avec une population en pleine mutation.

Le loup mongol, Homeric

L'écho des exploits de Tèmudjin galope dans la steppe, et ceux qui hier l'avaient abandonné se joignent à son armée d'archers. Subtil et patient, Tèmudjin a le flair du loup. A ses côtés, le fidèle Bo'ortchou n'aura de cesse de veiller à la grandeur du futur Gengis Khan. Ce dernier mettra vingt ans pour rallier les clans mongols sous sa bannière ; il mènera des conquêtes, annexant des empires, telles la Chine et la Perse, écrasera des armées dix fois plus importantes, des civilisations protégées par des citadelles réputées imprenables. Le récit de Bo'ortchou nous éclaire ainsi sur l'âme et le génie de Gengis Khan qui pensait aplanir les dissensions entre les peuples en leur imposant un maître unique. De cette épopée, Bo'ortchou fait un roman d'amour. Naïf et loyal, il apprendra à ses dépens à quel point le Khan, son frère juré, demande à ses femmes et à ses partisans, tout comme à ses chevaux, l'exclusivité de leur passion. La réussite de ce roman a été saluée par une critique unanime et couronnée par le prix Médicis 1998.

Cinéma

Films de Bayambasuren Davaa :

Le chien Jaune : Nansal, une gamine de six ans, est l'aînée d'une famille de nomades du Nord de la Mongolie. Un jour, elle ramène chez elle un chien abandonné, mais son père pense qu'il va leur porter malheur et veut qu'elle s'en débarrasse. Nansal tente de le cacher, mais le jour où la famille déménage, elle doit abandonner le chien...

L’histoire du chameau qui pleure : C'est l'été en Mongolie. Une famille de nomades aide les chamelles du troupeau à mettre bas. L'une d'elles y parvient difficilement. Dès la naissance, elle se désintéresse de son bébé et lui refuse son lait. La tradition veut qu'on fasse venir un violoniste pour émouvoir la chamelle et la réconcilier avec son bébé chameau...

Le mariage de Tuya de Wang Quan’an :

Au coeur de la Mongolie chinoise, Tuya se bat pour faire vivre ses enfants et son premier mari blessé suite à un accident. Afin de résoudre ses problèmes, elle décide de divorcer et de trouver un nouveau mari. A la seule condition que celui-ci accepte de supporter toute sa famille, y compris son premier époux.

Urga de Nikita Mikhalkov : 

Gombo, jeune éleveur mongol, vit avec sa famille dans la steppe en parfaite harmonie avec la nature. Un jour Serguei, employé d'une entreprise russe dans la ville la plus proche, tombe en panne avec son camion. Gombo l'accueille dans sa yourte. L'amitié va naître et s'installer entre ces deux hommes que tout sépare. Lion d'or, Venise 1991.